Construction routière : les démarches à respecter la réhabilitation d’une chaussée

Les investissements dans les infrastructures s’avèrent toujours importants pour le développement. La bonne marche du réseau routier influence la vie économique tant pour les villes que pour les campagnes. La construction et la réhabilitation de la route doivent constituer une priorité étant donné ses répercussions sur les activités. Des étapes de travaux nécessitent d’être prises en considération en termes de construction ou de réhabilitation routière. Il s’agit notamment des études de l’état de la surface, de la préparation des mélanges et du reprofilage. Ces phases restent très déterminantes tant pour les nouvelles constructions que pour l’entretien des routes existantes.

L’étude de l’état de la route et le nettoyage pour la préparation à la réhabilitation

Pour la réhabilitation de la route, le début de l’opération consiste à inspecter visuellement l’état et le type du soutien. Il est essentiel d’évaluer les travaux. L’information résultante de l’étude permet d’apprécier le degré de la détérioration afin de déterminer les actions à entreprendre. Elle permet également de corriger les déficiences pouvant causer des éventuels problèmes dans la couche. D’ailleurs, l’exsudation des surfaces entraîne la formation des déformations plastiques et peut faire monter le liant à la surface. Il importe ainsi d’éliminer le liant par broyage et de le remplacer par un nouveau mélange. En outre, l’aménagement nécessite l’enlèvement des zones excessivement fissurées. Ce type de détérioration est généralement dû à l’épuisement par fatigue de la couche sous-jacente. Il doit être remplacé pour garantir le transfert des charges du trafic sur l’ensemble de la chaussée.

La préparation pour l’adhérence des couches pour la réhabilitation routière

La bonne marche des travaux de réhabilitation demande des matériaux de qualité. Le type de préparation et la mise en place des différentes couches nécessite une attention particulière. Les diverses composantes de la couche doivent être bien travaillées ensemble.  Il est nécessaire de les joindre au moyen d’un arrosage à l’émulsion. Selon le type de support, cette action reste prépondérante. Elle a pour fonction de maintenir et de donner une cohésion superficielle à la base granulaire. Par ailleurs, les émulsions à rupture lente s’utilisent fréquemment. Néanmoins, les émulsions d’amorce cationiques s’avèrent les plus recommandées pour ce type de traitement. Il s’agit de l’émulsion peu concentrée. Elle dispose d’une faible viscosité et à forte teneur en agents fondants pour permettre une réelle capacité de pénétration dans la base. Il prend un temps considérable, d’au moins 24 heures. Le liant pénètre dans le matériau granulaire et perde une partie des solvants.

Entre deux couches d’asphalte, l’arrosage est appelé l’adhérence et les émulsions recommandées sont celles de rupture rapide. Les plus utilisées sont les cationiques. Elles ont un pourcentage de liant plus élevé. En termes de rénovation du réseau routier, le temps d’attente pour le recouvrement avec de l’aggloméré est considérablement plus court.

Ces traitements ont une place prépondérante pour joindre les deux couches. Ils ont un impact sur l’état du roulement. L’utilisation d’émulsions de thermoscellage est fréquente. Il s’agit d’émulsions fabriquées avec des liants très durs. Néanmoins, elles se fondent et adhèrent lorsque le mélange est chauffé. Avant d’appliquer ces traitements, il faut éviter la boue, les particules libres ou les éléments contaminants sur le substrat. Ils peuvent empêcher la bonne adhérence entre les couches, fragilisant l’état du réseau routier.

Le terrassement pour l‘uniformité et l’aménagement de la surface à réhabiliter

Pour les travaux de la route, un autre point à considérer est l’uniformité de la surface existante. Dans les travaux de réhabilitation, il s’avère nécessaire d’effectuer un terrassement et une couche de reprofilage pour l’aménagement. Il s’agit du rapiéçage pour obtenir un profil uniforme, tant longitudinalement que transversalement. Cela devient essentiel lorsque la couche à exécuter constitue la dernière sur la chaussée. Les irrégularités du support concernent les épaisseurs non uniformes. En ne tenant pas compte de ses irrégularités, après le compactage, le profil sera déprimé dans cette zone d’environ. Le bon terrassement avant l’extension des nouvelles couches reste ainsi une nécessité pour les travaux de réhabilitation de l’état du réseau routier. Il influence aussi bien la durée de vie de la route, le roulement des véhicules et la sécurité. Les infrastructures linéaires influent sur les activités et les travaux. La vie économique repose en partie sur les infrastructures routières.

Entretien des routes : travaux et machines
Les mesures préventives dans le domaine de l’entretien des routes