Entretien des routes : travaux et machines

Pour beaucoup d’entre nous, la conduite automobile est un événement quotidien, une partie de notre vie quotidienne où nous remarquons à peine ce qui se cache derrière ce signe habituel : un petit triangle rouge et la figure d’un homme qui travaille dessus. Les routes constituent des  infrastructures fondamentales gaisant partie des domaines publiques, l’une des plus utilisées ; et leur état est un facteur de sécurité routière, garantissant que nous atteignons notre destination chaque jour et que nous pouvons y retourner en toute sécurité. C’est pourquoi l’entretien route, de notre patrimoine routier, est l’une des actions récurrentes des administrations publiques, car elles permettent de rentabiliser à long terme les importants investissements réalisés dans la construction de ce type d’infrastructure.

Quels types de tâches font partie de l’entretien route ?

Le type de tâches à accomplir pour l’entretien route est très vaste et nous sommes rarement conscients de la quantité de processus et de technologies qui se cachent derrière ce travail, et nous contournons en quelques instants en conduisant. Du simple nettoyage de la route et des égouts, au resurfaçage, au pavage ou au coffrage, en passant par la pose de balises, de barrières de sécurité ou de peintures de signalisation. Les travaux sont très divers et présentent une complexité supplémentaire pour être réalisés. Dans la plupart des cas, pendant que la route est encore en service ; ils limitent au maximum l’influence sur la circulation et garantissent totalement la sécurité des conducteurs et des travailleurs.

Dans ces circonstances, il est très important d’utiliser les machines appropriées qui permettent d’effectuer les travaux les plus complexes avec précision et rapidité, en évitant les risques inhérents dans ce cadre de travail.

Quel type de machine est le plus courant dans l’entretien route ?

C’est la machine classique avec un grand rouleau métallique, bien que nous puissions également trouver des compacteurs pneumatiques et mixtes des deux types. Ils disposent de systèmes de nettoyage pour leurs pièces roulantes qui les maintiennent également humides si nécessaire. Ils doivent disposer de systèmes d’arrêt et de marche arrière suffisamment souples pour ne pas affecter le travail de compactage déjà effectué.

Il fait un recyclage à froid qui renouvelle la bande de roulement du pneu. Il enlève les couches de surface détériorées et injecte l’émulsion nécessaire au type de chaussée. Il peut mélanger et répandre une nouvelle chaussée, même en effectuant un compactage préalable.

La principale tâche de cette machine pour l’entretien route est d’enlever les couches de chaussée endommagées qui doivent ensuite être renouvelées. En plus d’enlever ces couches, il réduit les déchets et les transporte avec un convoyeur jusqu’à un point de recyclage.

Si le recyclage se fait sur place, il est habituel d’utiliser, avec la machinerie décrite ci-dessus, celle-ci qui distribue et dose les matériaux nécessaires : eau, ciment, émulsion…

En reliant plusieurs véhicules entre eux, avec des convoyeurs, des cribles, des réservoirs et des malaxeurs, on peut former une véritable usine de recyclage mobile. Le matériau enlevé par broyage est utilisé pour le concassage, la séparation et le traitement, puis est renvoyé à un finisseur pour être déposé et prêt à être compacté. Un processus complet de réutilisation des matériaux qui permet de renouveler les couches de chaussée endommagées.

C’est l’une des machines les plus facilement reconnaissables sur la route, grâce à sa rampe d’arrosage avec des injecteurs qui baignent la route d’une émulsion spéciale. Sa mission est de faciliter l’adhérence entre la couche existante et celle qui va être placée à nouveau par la suite. Le réservoir est généralement chauffé et les injecteurs nécessitent un contrôle précis pour doser la bonne quantité et le bon débit pour chaque cas à traiter.

L’importance des machines pour l’entretien route

Il s’agit d’un élément crucial du processus, car il est chargé de poser les nouvelles couches qui serviront de base au revêtement renouvelé dont la route a besoin. Ils posent le mélange chaud, il doit donc s’agir de machines chauffées, et comprennent des dispositifs de nivellement. Ils fournissent l’épaisseur et la densité souhaitées, avec un point de départ de compactage qui facilite les tâches ultérieures.

Ils maintiennent le mélange à étaler à la bonne température et le transportent du point de fabrication à la zone de travail sans qu’il ne perde ses caractéristiques optimales.

En cas de besoin de performances ponctuelles ou superficielles, les réparations classiques de fissures ou de nids de poule, cette machine permet de réaliser l’ensemble du processus, du nettoyage au compactage, avec un minimum d’impact et un ou deux opérateurs.

Si seuls les marquages routiers doivent être enlevés de la route, ces machines à haute pression d’eau peuvent faire le travail rapidement et complètement.

Comment choisir une entreprise d’entretien route ?

Comme on peut le constater, la grande variété des tâches possibles pour l’entretien route fait de la disponibilité de ce type de machines un point crucial dans le choix d’une entreprise pour l’entretien des routes. La polyvalence est également un élément important : que l’entreprise choisie puisse s’adapter aussi bien à des actions spécifiques et rapides qu’à des actions plus étendues et prolongées. Il est également nécessaire de considérer la capacité de l’entreprise à combiner les éléments technologiques nécessaires pour agir de la manière la plus courte et la plus autonome possible, en minimisant l’impact sur l’utilisation de la route.

Construction routière : les démarches à respecter la réhabilitation d’une chaussée
Les mesures préventives dans le domaine de l’entretien des routes