Objectif : de l’eau dans les espaces verts !

Si vous souhaitez embellir un jardin, vous pouvez penser à ajouter … de l’eau! sa présence intègre et enrichit un espace vert, lui donnant quelque chose de plus, à la fois d’un point de vue esthétique et naturaliste.

Les possibilités sont variées et vont de l’insertion d’une fontaine, en passant par une petite piscine de quelques mètres carrés, jusqu’aux lacs proprement dits. Évidemment, dans cet article, je ne serai pas intéressé par la construction de lacs ou de piscines, pour ces projets exigeants, il existe des entreprises spécialisées qui les construisent, après une conception spécifique. Au contraire, je vais essayer de vous donner une idée de ce qui peut être construit, à un niveau hobby, pour insérer un élément supplémentaire et agréable dans notre espace vert. Ces dernières années, la tendance à utiliser l’eau dans les espaces verts s’est accrue, également dans le sillage d’une tendance de plus en plus répandue à concevoir des jardins à la japonaise (Zen) où l’élément eau est très important. Son but n’est pas seulement esthétique, mais pour contrer la nature statique des autres éléments, avec son dynamisme et son flux continu. Le son de l’eau qui coule a le pouvoir de donner de l’harmonie à l’environnement et de détendre les sens.

FONTAINES (FIG.1 ET 2)
Ce choix est obligatoire si l’on parle de très petits espaces verts. Le terme fontaines ne doit pas être compris dans le sens classique du mot. On parle, en fait, de structures préfabriquées, de formes diverses, mais de dimensions modestes, où il suffit de connecter une ligne d’alimentation en eau et un câble d’alimentation et le jeu est fait. L’eau jaillit d’un point et, retombant, provoque des jeux d’eau et du bruit, ou peut-être devrions-nous dire «son». Nous avons des formes de réservoirs sphériques, colonnaires ou se chevauchant. Dans certains modèles, il existe également des poches pour insérer des semis semi-aquatiques, qui ornent davantage l’artefact. Malgré leur petite taille, ces fontaines donnent au jardin un sentiment de plénitude et de paix. En général, leur assemblage n’est pas complexe et les coûts sont également assez faibles. Sur Internet, il existe des dizaines de modèles et, à moins que des choses bizarres ne soient choisies, le budget varie de cent à deux cents euros. Pas tellement pour une belle pièce d’eau relaxante!

RÉSERVOIRS (FIG. 3 ET 4)
Les bacs de jardin ornementaux sont conceptuellement très similaires aux fontaines, mais diffèrent par le fait d’avoir un petit bassin de collecte d’eau où vous pouvez recréer un micro-environnement avec des plantes et, pourquoi pas, des poissons.
Évidemment, l’empreinte au sol est supérieure à celle d’une fontaine, même si par baignoire j’entends un artefact d’une surface maximale de quelques mètres carrés. Comme mentionné pour les fontaines, aussi pour les baignoires il est possible de trouver, “en ligne”, de belles solutions préfabriquées à assembler. Le coût est un peu plus élevé mais toujours abordable. Comme mentionné, cette solution intermédiaire présente de nombreux avantages. Il allie le plaisir donné par la présence d’eau en mouvement à celui de pouvoir disposer également d’un petit «bassin à liquide», la baignoire, dans lequel insérer quelques petites plantes et animaux aquatiques. Du point de vue végétatif, les plantes qui peuvent être utilisées sont essentiellement les plantes flottantes, tout d’abord les nénuphars rustiques de différentes couleurs.

LACS (FIG. 5 ET 6)
Lorsque vous décidez d’enrichir un jardin avec un étang, un monde vraiment vaste et varié s’ouvre. Dans ce cas également, il y a la possibilité d’assembler des matériaux préfabriqués (moules en plastique) ou, alternativement, de creuser le réservoir sur place et de poser des feuilles imperméables à la surface de l’excavation pour l’étanchéité. Comme vous pouvez le deviner, cette deuxième méthode laisse une grande marge de manœuvre à la personnalisation: la forme, la profondeur et le type de matériaux peuvent être les plus disparates, mais aussi adaptées à l’environnement dans lequel vous travaillez. Pour ces réalisations, il existe deux voies viables.
Pour les amateurs de passe-temps avancés, le bricolage est un défi possible et stimulant. Les livres et les «tutoriels en ligne» peuvent vous aider à comprendre comment les construire et les informations que l’on peut trouver sur le net sont vraiment nombreuses!
Si les ambitions sont plus grandes, cependant, il faut se tourner vers des entreprises de jardinage spécialisées dans ce genre de travaux. Comme vous pouvez facilement le deviner, le budget pour la construction d’un étang varie considérablement, selon les cas, de quelques centaines d’euros à quelques milliers!

Avant de commencer la réalisation, cependant, il est nécessaire de connaître deux choses fondamentales. La première est qu’un étang constitue un véritable «écosystème miniature», qu’il faut construire selon des règles à ne pas négliger (profondeur et volume de l’eau, angle de pente des surfaces de la cuve, débit de recirculation de l’eau , etc.).
Le second est la prise de conscience que la construction n’est que la première phase, par la suite il y a le besoin d’un entretien spécifique et continu. Briser ces deux règles conduit à un échec certain qui conduirait, en somme, à la transformation du beau lac en une mare d’eau stagnante!
Pour un étang, le choix des plantes est beaucoup plus large que pour un réservoir, car l’environnement créé aura des caractéristiques différentes selon la zone.
La profondeur de l’eau et la présence de milieux marécageux, qui entourent le plan d’eau, influenceront le choix des espèces. En plus des plantes flottantes et oxygénantes, d’autres espèces peuvent être plantées le long des bords: Calla palustris, Zantedeschia aethiopica, Iris pseudocorus et Gunnera Manicata (pour ceux qui ont beaucoup d’espace).

Idées pour cultiver le verte en milieu urbain
Entretien vert: le bien-être de la nature en toute saison