Financer son permis cariste grâce au CPF

Financement du CACES

Vous voulez être cariste ou faire un autre métier en logistique, comme magasinier ou conducteur d’engins ? Dans ce cas, il vous faut le permis de CACES ou Certificat d’Aptitude à la Conduite d’Engins de la Sécurité. Pour l’obtenir, vous devez suivre une formation. Celle-ci vous permet de valoriser vos connaissances et compétences, dans le domaine de la conduite d’engins de chantier et logistique. Sachez aussi que vous pouvez financer votre formation cariste grâce au CPF. Comment l’obtenir ? Cet article vous explique tout.

Qu’est-ce que le CACES ?

 Le CACES est un certificat de validation d’une formation, et le code du travail exige que les conducteurs d’engins suivent cette formation. Les organismes certifiés les délivre à la fin pour valider la formation. Ce système se présente sous différentes formes, selon les différentes catégories d’engins. La formation cariste correspond par exemple à la Recommandation R389, les chariots élévateurs R389… Certaines s’adressent aux personnes qui débutent, tandis que d’autres pour les conducteurs expérimentés. Il y a également un autre type de certificat, qui permet de renouveler un CACES en phase d’expiration. Pour information, le certificat CACES expire après 5 à 10 ans d’utilisation. Il est possible de le recevoir dans plusieurs catégories, durant la même formation. L’examen se divise en deux parties : la partie théorique et la partie pratique. La première est constituée d’une formation d’une journée, qui dure sept heures, et qui varie selon la fonction et le genre d’engins. La formation pratique, quant à elle, dure de 1 à 3 jours selon, le niveau des apprentis. Évidemment, elle se déroule dans un domaine spécifique, avec des matériels adaptés. Pour valider définitivement leur compétence, les apprentis participent à des stages. Vous pouvez suivre une formation caces financée grâce au CPF

Financement du CACES au moyen du CPF

Il est possible pour certains stagiaires de financer personnellement leur formation professionnelle. Pourtant, financer son permis CACES n’est pas toujours à la portée de tous, particulièrement les chômeurs. Heureusement, vous pouvez suivre votre formation cariste avec le CPF, un mécanisme de financement adapté. Le CPF est un compte réservé pour une formation professionnelle. Il remplace ainsi le DIF ou le droit individuel à la formation, et chaque travailleur ou agent public peut en bénéficier. Le CPF est crédité d’une valeur de 500 euros par an, c’est-à-dire 5000 euros sur 10 ans. Si le solde est insuffisant pour financer la formation, le candidat doit trouver une autre source. Le choix et la gestion des heures de formations est effectué par l’apprenti, lui-même. L’avantage de ce dispositif, est qu’il fonctionne toujours même en période de chômage, si l’agent arrive à trouver une formation qui lui correspond. De plus, il peut profiter du financement du CACES, dans de nombreux régions du territoire.

Comment obtenir un financement CPF ?

Pour obtenir le financement CPF, il est indispensable que la formation soit dispensée par un organisme reconnu par l’État. Celle-ci doit être également qualifiante et certifiante. La formation qualifiante permet ainsi au stagiaire d’obtenir des compétences, pour accomplir de nouveaux travaux. De son côté, la formation certifiante débouche par l’obtention d’un certificat. Il est évident que la formation CACES répond exactement à ces critères. Vous pouvez alors, suivre la formation caces financée grâce au CPF. Sachez quand même qu’il est nécessaire pour le candidat d’effectuer une démarche particulière, afin d’obtenir ce financement du CACES. Il doit remplir d’abord un formulaire en ligne, et s’informer pour savoir les modalités de la formation. Ensuite, il doit choisir l’organisme à contacter, afin de demander un devis. Après avoir fourni toutes ces informations, le participant doit envoyer une demande incluant l’attestation des heures du Dif, la demande de la gestion du fonds du Cpf et le devis de formation à l’Opca.   

Efficacité énergétique des batiments : quelles solutions choisir ?
Audit et expertise en techniques de bâtiment : faire appel à un cabinet spécialisé