Quels sont les différents systèmes de ventilation ?

ventilation

La ventilation d’une maison fait partie des points les plus importants pour attester de son confort. Il est difficile de s’en passer, surtout lors des périodes les plus chaudes de l’année. Il existe quatre systèmes de ventilation. Bien que certains soient plus présents sur le marché que d’autres, chacun de ces systèmes comporte des avantages et des contraintes. Voici les différents systèmes de ventilation et leurs caractéristiques.

Le système A, la ventilation naturelle

Comme son nom l’indique, la ventilation naturelle n’intègre aucun engin mécanique dans son fonctionnement. Le processus d’aération est entièrement naturel. Il peut toutefois être allié à d’autres types de ventilateurs tels que le ventilateur de plafond si vous le souhaitez. L’air pénètre le bâtiment à travers des entrées disposées en façade. Pour qu’il puisse circuler dans toutes les pièces, de petites ouvertures de transfert sont installées dans les murs ou dans les portes. Il peut s’agir de grillages ou d’un détalonnage des portes. L’air peut ainsi passer dans les locaux humides tels que les douches ou encore la cuisine. L’évacuation de l’air vicié se fait généralement par des conduits qui débouchent en toiture ou par des sorties d’air situées en hauteur.

L’avantage principal de la ventilation naturelle est son caractère économique. Vous n’aurez pas à dépenser grand-chose pour installer les grilles d’aération. Dans certains cas, ce sont les fenêtres qui servent d’entrées d’air. L’aération naturelle ne nécessite aucune dépense énergétique parce que le vent ne se déplace qu’en fonction de sa propre pression.

Cependant, les inconvénients de cette méthode de ventilation ne sont pas des moindres. Vous n’aurez aucun contrôle sur la qualité et la quantité de l’air frais qui entre. Il n’est pas filtré et les grilles d’entrées d’air laissent aussi passer les bruits extérieurs. Cela peut constituer un problème en milieu urbain. De même, l’aération des pièces n’est pas faite équitablement, et pour cause, la seule force motrice de l’air est sa pression qui varie énormément. Le débit d’air peut devenir trop fort et embêtant dans les périodes les plus froides de l’année.

Le système B, un apport d’air mécanique et une évacuation naturelle

L’entrée de l’air dans le système B est assurée par des ventilateurs. Il est ensuite envoyé dans les différentes pièces par des grilles installées à plusieurs endroits de la maison. L’évacuation de l’air se fait ensuite de la même manière que dans le système A, grâce à des conduits d’évacuation en hauteur. Dans le système B, le débit d’air entrant est contrôlé contrairement au premier système. Vous avez la possibilité de choisir où installer le ventilateur dans la maison. Il est généralement mis dans un grenier. Il s’agit d’une alternative intéressante pour les pièces sans fenêtres. Il permet aussi de pallier le problème de l’isolation sonore que présente l’aération naturelle. Par contre, le système ne s’adapte pas à tous les types de maisons. La consommation d’énergie du ventilateur et le coût de son entretien peuvent aussi être chers.

Le système C, une sortie d’air contrôlée et une entrée naturelle

L’air pénètre la maison à travers des grilles d’aération installées au niveau des fenêtres. Il circule dans les pièces en traversant les entrées d’air installées au bas des portes ou dans les murs. L’air vicié est aspiré et envoyé hors de la maison par des ventilateurs électriques. Avec le système C, vous avez une large marge de manœuvre quant à l’installation des entrées d’air dans le bâtiment. De plus, à l’aide d’un interrupteur, vous avez la possibilité d’augmenter ou de diminuer le débit de vos ventilateurs électriques. Toutefois, ce système peut parfois coûter plus cher que le système B. La consommation d’énergie peut aussi être élevée et il y a toujours un risque de refoulement au niveau des ventilateurs. En cas de refoulement, la qualité de l’air pourrait être troublée.

Le système D, la ventilation mécanique double flux

Ce système de ventilation est le plus élaboré du marché. Tout d’abord, des grilles d’aération sont installées dans les espaces secs. L’air frais et filtré est diffusé grâce à des ventilateurs électriques tels que les ventilateurs de plafond. La circulation de l’air est ensuite assurée par des grilles installées dans les cloisons et par les interstices sous les portes. L’air vicié est expulsé par un autre conduit à travers d’autres ventilateurs qui y sont dédiés.

Le premier avantage de ce système est la récupération de chaleur. En effet, les deux courants d’air traversent un récupérateur de chaleur avant d’entrer et de sortir du bâtiment. Cette machine permet de chauffer l’air frais entrant grâce aux particules de chaleur se trouvant dans l’air vicié. Des filtres assurent aussi le traitement de l’air. En raison du réchauffement et du filtrage, l’air ambiant dans le bâtiment est plus agréable. Vous avez la possibilité de désactiver le récupérateur de chaleur pendant les périodes chaudes telles que l’été.

Ce système vous permet également d’éviter des problèmes de surrégime et de sous-régime. L’installation de ce type d’aération nécessite cependant un investissement financier non-négligeable. L’entretien de la machine doit être fait régulièrement pour ne pas porter atteinte à la qualité de l’air.

Pour quels projets faire appel à un vitrier professionnel ?
Comment installer une cuisine haut de gamme chez soi ?