Publié le : 06 février 20237 mins de lecture

La signalisation routière joue un rôle primordial dans la prévention et la sécurité au quotidien. Elle est composée essentiellement de trois items qui sont les panneaux, le marquage au sol et les feux de signalisation. Leur but premier est de tenir informé le routier ou piéton des différentes règles et orientations à suivre.

Respectée, elle permet de réduire de façon conséquente les risques d’accident, mais aussi de fluidifier la circulation. 

Signalisation routière et sécurité  

La signalisation routière et urbaine se divise en différentes catégories dont le but commun est l’information de l’usager et la sécurisation des routes.

La signalisation verticale 

Les panneaux de signalisation verticaux sont les plus communs, vous en avez sûrement déjà croisé sur la route. Il en existe trois sous-catégories, incluant les panneaux de forme triangulaire, de couleur blanche et rouge afin de bien attirer l’œil. Ces derniers doivent être mis en place entre 150 et 50 m avant l’obstacle.

Vous l’aurez compris, le triangle est synonyme de danger. Il faut donc redoubler de prudence. Ainsi, ce type de signalétique aide les conducteurs à être plus attentifs lorsqu’ils se rapprochent d’une éventuelle embuche, comme une sortie d’engins ou de bestiaux. Au quotidien, cela sauve des vies. Rendez-vous ici pour plus d’infos : virages.com.

Les panneaux de forme ronde, de couleur rouge et blanche sont mis en place à un endroit où il y a une interdiction ou une prescription, comme en cas de stationnement interdit ou de sens interdit.

Pour ce qui est des panneaux verticaux bleus et blancs, ils sont également implantés à l’endroit où ils remplissent leurs fonctions et servent à souligner une obligation du chauffeur.

Pour les trois autres types de panneaux verticaux, le carré bleu est mis en place un peu avant l’endroit qu’il sert à indiquer, comme l’entrée d’une ville ou un embranchement. Le rectangle blanc sert à aider les usagers à la localisation.

Enfin, le vert en forme de flèche indique une direction à suivre pour atteindre une destination définie. Il existe évidemment des variables, comme les panneaux temporaires, la fin d’obligation et les dépassements entre voitures ou voiture et poids lourds.

La signalisation horizontale 

La signalisation horizontale ou marquage au sol est également composée de plusieurs paramètres. Elle est nommée ainsi car les indications sont inscrites directement sur les routes, souvent à l’aide de peintures fluorescentes. Son utilisation est de plus en plus populaire et touche désormais la majorité des routes françaises.

La ligne continue est la plus célèbre est connue de tous et indique une interdiction de dépassement. Son respect est primordial afin d’éviter des collisions avec les véhicules qui circulent sur l’autre voie. La ligne discontinue, à l’opposé, offre la liberté à l’usager de doubler le véhicule de devant, à fonction de faire preuve de prudence.

Le juste milieu est la ligne annonce qui porte bien son nom puisqu’elle indique un passage de la discontinuité à la continuité. Il faut donc rapidement se rabattre. La ligne de dissuasion est une variante qui prévient le chauffeur de la dangerosité d’un dépassement à ce niveau.

Enfin, il y a les lignes mixtes qui autorisent un changement d’un file à l’autre tout en empêchant la réciprocité. Les flèches directionnelles sont ubiquitaires et aident les usagers à s’orienter en orientant vers la bonne voie.

En milieu urbain, la sécurité est assurée en partie avec les lignes transversales qui prennent différentes significations selon leurs nombre, formes et couleurs.

Le passage piéton est connu de tous et indique une zone où les personnes non véhiculées peuvent traverser en toute sérénité. Les conducteurs ont pour obligation de ralentir et laisser le passage afin d’éviter tout risque d’accident.

La ligne stop, tout comme son panneau homologue, force le conducteur à s’arrêter, tandis qu’un ligne transversale discontinue indique un ralentissement afin de céder le passage.

Dans les carrefours les plus fréquentés, ces lignes aident à l’organisation de la circulation afin de la fluidifier, tout en aidant les usagers à respecter les priorités des autres.

Les lignes des feux de signalisation sont en forme de petits points blancs et obligent le conducteur à s’arrêter à un point fixe, sans griller le feu.

Dans les zones urbaines, il existe d’autres lignes qui servent à coordonner la circulation et indiquer les véhicules prioritaires. C’est le cas des voies et des damiers de bus, des zones cyclables, etc.

La signalisation par feux de sécurité 

Les feux de circulation permettent une coordination entre les piétons et les véhicules. Selon le type de feu, un symbole différent sera inscrit, par exemple une silhouette pour les piétons.

Ainsi, cette machination aide à éviter les collisions, que ce soit entre deux voitures, motos, bicyclettes, etc.

Les autres types de signalisations

Outre la signalétique sus-citée, il se peut que vous tombiez sur des balises qui ont d’autres significations, comme un obstacle, un virage, une limite, etc. Les bornes, un peu dans le même esprit, indiquent principalement les distances et numéros de routes.

Quel impact sur la sécurité des usagers ? 

Avec l’évolution technologique et l’augmentation du nombre de véhicules sur les routes, il est légitime de se demander si la sécurité est au rendez-vous. Bien que le système de signalisation routière puisse sembler rustique et dépassé, il est parfaitement codifié et mis à jour constamment.

Différentes réformes sont appliquées chaque année afin d’optimiser la fluidité des automobiles, tout en gardant à l’esprit que la vie des citoyens est l’élément primordial à préserver.

De plus, les instruments tels que les feux de circulation sont coordonnés entre eux automatiquement avec des systèmes d’intelligence autonome qui permettent de passer outre la faille humaine.

Néanmoins, ce système ne sera jamais parfait, d’où la nécessité de toujours chercher à l’améliorer en appliquant de nouvelles lois, technologies et ressources.